Les panneaux marqués de la Faïencerie de Choisy-le-Roi

Article rédigé le 30 Novembre 2013 et mis à jour le 26 Novembre 2015.

Marque H-B & Cie CHOISY-LE-ROI Marque H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI

Les panneaux décoratifs ornant les murs extérieurs des constructions portent rarement la marque de leur manufacture d’origine, à la différence de ceux que l’on peut admirer dans certains halls d’immeubles datant du début du XXe siècle.
La Faïencerie d’Hippolyte Boulenger & Cie, à Choisy-le-Roi, fait partie de nos jours des plus citées lors des repérages patrimoniaux grâce à son nom figurant explicitement au bas du décor.

Pourquoi certains panneaux seulement sont-ils marqués ?

Tous les décors sortant de la Faïencerie de Choisy-le-Roi ne sont pas marqués ; au regard de son énorme production, cela concerne seulement une minorité d’entre eux, mais de manière parfaitement justifiée. Les frises et panneaux courants, figurant aux divers catalogues des fabricants de décors architecturaux, étaient produits en séries, et aucune des entreprises œuvrant dans ce domaine ne signait cette production courante. La particularité de certaines d’entres elles résidait dans la proposition faite aux architectes et aux particuliers de créer des décors personnalisés et uniques, à la demande. Elles pouvaient réaliser une commande précise d’après dessin ou créer de nouveaux motifs dans leurs ateliers de décoration.

Marquer le carreau ou autre décor mural sur la face cachée est une tradition corporative : on y lit le nom du fabricant ou un signe distinctif à l’intention du maitre d’ouvrage, mais ce n’est plus observable une fois l’ornement scellé au mur.

Dans les ateliers de la Faïencerie d’Hippolyte Boulenger, seuls les décors produits à l’unité en portent le nom de manière visible sur la face du carreau. La marque témoigne de l’unicité du décor, elle est représentative de l’entreprise qui affiche ainsi l’assurance d’un travail de qualité, responsabilité qu’elle ne prendrait pas si elle doutait de la pérennité du décor. Elle transpose sur ses tableaux de céramique la traditionnelle signature de l’œuvre peinte, faisant également fonction de publicité pour l’entreprise. Lorsque le décor est apposé sur une propriété privée, les bénéficiaires tirent de ce fait le plaisir de posséder une œuvre unique créée pour eux seuls.

Les marques de la faïencerie

Le nom de l’entreprise figure en bas du panneau, à droite, et sur un seul décor même si l’édifice en comporte plusieurs. De rares exceptions sont repérables, dont l’inscription verticale sur un panneau prévu pour être posé horizontalement à l’origine. Deux marques apparaissent régulièrement, ce ne sont pas des signatures, elles sont écrites en lettres majuscules, impersonnelles, rassemblant sous le nom de l’entreprise probablement tout un atelier. Elles correspondent à deux époques de fabrication.

– H-B & Cie CHOISY-LE-ROI ; seules les initiales de la raison sociale de l’entreprise figurent, ainsi que la ville, où se trouvait la faïencerie, écrite en entier. Les décors marqués ainsi sont construits sur un même principe : recomposition de motifs décomposés figurant aux catalogues de la faïencerie parus à la fin du XIXe siècle, créant ainsi des décors uniques. Dès 1895, une feuille du catalogue présente des « panneaux et frises en majolique grand feu » à partir de laquelle le client peut choisir son décor. On retrouve notamment sur les façades le rinceau typique, le médaillon entouré de perles, le lion, le dauphin et le cartouche, recomposés à l’envi, quelquefois colorés différemment. L’unicité tient parfois à d’infimes détails. La marque accompagnant ce style de décors recomposés est postérieure à 1878, année de création du département spécialisé dans la décoration architecturale(1) et également de nouvelle dénomination de l’entreprise. Elle semble avoir été en usage jusque vers 1901.

Feuille G du catalogue Boulenger 1898, collection FM H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, à Aulnay-sous-Bois (93) H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, à Cabourg (14)
H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, à Garches (92) H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, à Garches (92) H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, à Ablon-sur-Seine (94)
H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, à Saint-Mammès (77) H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, au Perreux (94) H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, à Limoges (87)
H-B & Cie CHOISY-LE-ROI, gares de Meudon Val Fleury et Chaville Vélizy (92)

– H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI et Hte BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI ; il est difficile pour le moment de dire si l’on peut voir une chronologie entre la marque notée H et celle notée Hte. Cependant BOULENGER écrit en toutes lettres semble indiquer un décor des premières années du XXe siècle. Cette hypothèse tient d’une part à la date mentionnée sur les édifices, ou connue, comme c’est le cas des gares. D’autre part, le style s’éloigne des productions standardisées des catalogues pour aborder des représentations plus volontiers florales et des lignes plus souples dans l’esprit Art Nouveau, qui sera développé seulement dans le catalogue 1904.

H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Plombières-les-Bains (88) H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Noisy-le-Sec (93) H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Suresnes (92)
Hte BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, « Villa des Chardons » à Romorantin (41) Hte BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Choisy-le-Roi (94) H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Colombes (92)
Hte BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Colombes (92) H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Ablon-sur-Seine (94) H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Noisy-le-Sec (93)
H-BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, villa « Le gros Noyer » à Noisy-le-Sec (93) Chemin de fer du Nord, ligne des Grésillons Décors des gares de la ligne des Grésillons
Gares de la ligne des Grésillons Gare de Choisy-le-Roi, Chemin de fer d’Orléans Chemin de fer d’Orléans, gares entre Vitry et Brétigny
Chemin de fer d’Orléans, décor à Ablon-sur-Seine Hte BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI, à Villemomble (93)

Sur la cinquantaine de décors observés, ces marques apparaissent sur des panneaux utilisant à première vue la technique des émaux cernés pour certains et cloisonnés pour d’autres, nommés d’un catalogue à l’autre « majolique grand feu » puis « émaux multicolores cloisonnés » par le fabricant. D’autres façons de marquer la provenance de la faïencerie sont visibles plus exceptionnellement. On peut lire parfois en plus la signature du peintre, plus particulièrement en intérieur, ou encore la mention supplémentaire de « Faïencerie » dans le métro pour bien la distinguer de son concurrent de la Tuilerie de Choisy-le-Roi. Hte Boulenger & Cie a fourni les deux tiers du carrelage dès l’origine du métropolitain en 1900(2), avec un modèle de sa création, biseauté pour refléter au maximum la lumière de ce lieu souterrain. On rencontre également son nom sur des mosaïques, mettant cette fois ci en avant son magasin à Paris, plutôt que l’usine à Choisy.

Pour être plus exact, disons que le carreau biseauté avait été imaginé avant que les stations et couloirs du métro ne le popularisent, notamment en Belgique comme le signale Mario Baeck(3), mais aussi par les Faïenceries de Sarreguemines et Digoin dont les liens avec Hte Boulenger sont connus. La faïencerie a cependant créé involontairement la légende qui vaut au carreau rectangulaire biseauté d’être encore nommé de nos jours « carreau métro ». De plus, les tout premiers carreaux de faïence posés n’étaient pas même biseautés et la faïencerie de Choisy-le-Roi ne met d’ailleurs pas cette originalité en avant dans son catalogue 1904.

Page du catalogue Hte Boulenger & Cie, 1904 (coll° F.M) Marque de la Faïencerie Hte BOULENGER & Cie CHOISY-LE-ROI dans le métro parisien Un des panneaux des Bains Danrémont à Paris (75)

Jeanne d’Arc d’après Chapu, du peintre Arnoux, à Ault (80) Mosaïque sur une ancienne boulangerie, à Ivry-sur-Seine (94)

Les commandes très personnalisées

Autre marque repérée : HB, lettres superposées vues à Montmorency dont le style est bien celui d’Hippolyte Boulenger & Cie, avec de surcroit la personnalisation à l’extrême des médaillons centraux représentant une femme âgée et un enfant. Ces visages n’ont rien de stéréotypé et on devine que cette commande de portraits répond à une intention bien particulière des premiers propriétaires. Le décor prend ici manifestement tout son sens, même s’il nous échappe aujourd’hui. L’ornement céramique n’a pas pour unique fonction de décorer, c’est aussi une forme de communication. Ailleurs, il nommera une demeure, servira d’enseigne publicitaire pour un commerce ou une marque, aura une fonction commémorative ou attirera l’attention par sa taille sur une villa que le propriétaire souhaitait distinguer.

Marque HB, à Montmorency (95) Panneau publicitaire pour le cacao Félix Potin, à Arcachon (33) Dans l’escalier du siège social Hte Boulenger, 18 rue de Paradis à Paris
Villa « Chardon Bleu », à Soulac-sur-Mer (33) Villa « Laëtitia », à Soulac-sur-Mer (33) Villa « Manon », à Soulac-sur-Mer (33)
« Villa des Roses », au Verdon-sur-Mer (33) « Villa des glycines », à Noisy-le-Sec (93) Villa “Béatrix”, à Arcachon (33)
Villa “Bon Abri”, à Mers-les-Bains (80) Immeuble “Les lilas”, à Mers-les-Bains (80) Villa devenue mairie, à Mers-les-Bains (80)
« La Vieille Poste », à la mairie de Paray Vieille Poste (91)

De nombreux panneaux extérieurs marqués sont repérables en France mais aussi à l’étranger. Les intérieurs de commerces des grandes villes recèlent aussi parfois de véritables œuvres céramiques, d’H. Boulenger & Cie mais aussi d’autres faïenceries ; cela fera l’objet d’une prochaine page de ce site…

© Ceramique-architecturale.fr – FM
Novembre2013

1 : Source Archives Municipales de Choisy-le-Roi. (Retour à la lecture).
2 : « La Faïencerie de Choisy-le-Roi » par Hélène Bougie, mémoire de maîtrise 1981/82. (Retour à la lecture).
3 : Mario BAECK Docteur en histoire de l’art et auteur d’ouvrages, voir RESSOURCES (Retour à la lecture).

Les commentaires sont fermés