Choisy-le-Roi, une faïencerie ET une tuilerie

Tout un chacun découvrant Choisy-le-Roi écrit sur un panneau décoratif l’identifie trop rapidement comme provenant de chez Boulenger, la célèbre faïencerie. Même quelques spécialistes s’y laissent prendre.
Deux grandes manufactures produisaient à Choisy de la céramique architecturale décorative : la faïencerie d’Hippolyte Boulenger et la tuilerie de Brault/Gilardoni. Leur période d’activité commune en ce domaine se situe grosso modo entre 1880 et 1930.
Boulenger privilégiait le décor en carreaux de faïence, tandis que Brault/Gilardoni s’adonnait de préférence aux terres cuites en relief, production issue de l’origine ancienne de l’entreprise, puis aux tuiles.
La forte urbanisation francilienne autour de 1900 a donné d’importants débouchés aux deux entreprises, tant dans le domaine de la construction que de la décoration extérieure. Chacun a donc empiété sans états d’âme sur le domaine de son concurrent : le faïencier Boulenger a créé une tuilerie, mais à Vitry-sur-Seine, et le tuilier de Choisy s’est mis à fabriquer des carreaux de faïence.
Boulenger, lorsqu’il marquait ses panneaux y ajoutait généralement CHOISY-LE-ROI. Gilardoni choisissait d’inscrire PARIS.
La capitale offre encore à nos regards quelques grands décors ornant les commerces anciens, notamment des boulangeries et des cafés. Parfois à l’extérieur, plus souvent à l’intérieur, les panneaux de faïence présentent un double avantage : attirer le client dans un lieu agréable à regarder et être, pour le patron, facilement nettoyable.
Lorsqu’un céramiste glisse dans son décor un camion portant la mention Tuilerie de Choisy-le-Roi, il faut imaginer qu’il s’agit d’une œuvre issue des ateliers de décors de Brault/Gilardoni, car il est peu probable qu’un concurrent lui fasse de la publicité. Le superbe bar Le cochon à l’oreille, au 15 rue Montmartre à Paris, montre un panneau subtilement signé de cette manière.

Tuilerie de Choisy-le-Roi – Gilardoni fils & Cie Faïenceries de Sarreguemines et Muller & Cie A gauche, panneau Tuilerie de Choisy-le-Roi

C’est le seul issu de cette manufacture, il a été rapporté a posteriori, ainsi que le panneau horloge figurant au catalogue 1904 d’une autre fabrique, celle d’Emile Muller à Ivry ; il reproduit une œuvre d’Eugène Grasset « Les heures ». Tous les autres décors proviennent des faïenceries de Sarreguemines, bien présentes également dans d’autres commerces parisiens.
Si vous voulez en savoir plus sur la faïencerie ET la tuilerie de Choisy-le-Roi, leur histoire et leurs décors d’architecture, rendez-vous à l’exposition organisée du 20 mai au 18 juin 2016 aux archives municipales de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne).
Bientôt plus de détails…
Si vous souhaitez être informé, envoyez-moi votre adresse mail, onglet Contact.

© Ceramique-architecturale.fr – FM
Mars 2016

Les commentaires sont fermés