Un musée dans la rue

Affiche

Suite à son exposition intitulée « Protection du patrimoine Aulnaysien » en 2013, le Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (CAHRA) a eu l’idée de poursuivre son objectif en s’intéressant à l’un des aspects de son patrimoine architectural: les décors en céramique polychrome.
Si vous n’êtes pas aulnaysien, mais peut-être francilien, cela a toutes les chances de vous intéresser aussi. Ces décors étant produits par des manufactures de la région parisienne, ou ayant un dépôt à Paris, on peut en repérer aussi dans bien d’autres villes.
Ce petit patrimoine céramique, principalement posé sur des pavillons, des villas et aussi sur des immeubles collectifs, participe au charme de ces constructions de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, le plus souvent en meulière. A y regarder de près, c’est tout à la fois l’histoire du développement de la ville que l’on comprend au travers des quartiers qui en possèdent, ou pas. C’est aussi d’une manière plus générale, une rétrospective de l’évolution des goûts artistiques de nos prédécesseurs dans la ville, ceux que nous n’avons pas connus et dont nous n’avons peut-être jamais entendu parler car nous sommes trop jeunes ou venant d’ailleurs. Mais c’est un héritage collectif commun qu’il ne tient qu’à nous de transmettre et pour cela, il faut commencer par le faire connaître et apprécier. Chacun reste propriétaire de son bien, cependant l’objectif premier de ceux qui ont choisi ces céramiques était bien de les montrer, en faire partager la vision, au même titre que les jardins dont les règlements imposaient, et imposent souvent encore, une hauteur maximum de clôture pour que le promeneur en profite. Ne perdons pas ce plaisir de donner à voir, ni celui d’admirer ces décors, tous issus de la terre.
Si l’on considère que les céramiques prennent souvent place au musée, ou dans des expositions, telle celle de l’artiste Patrick Loughran qui se tient ce printemps à Aulnay, on découvrira que les œuvres anciennes de céramistes peuvent aussi s’exposer dans la rue. Elles proviennent de manufactures que l’on connait pour leurs services de tables, leurs vases et autres objets décoratifs, notamment Boulenger à Choisy, Creil Montereau, Desvres ou Sarreguemines. Les fabricants de poêles en faïence Loebnitz ou Brocard & Leclerc ont aussi produit de nombreux décors de façade, sans oublier les tuileries Gilardoni. Les villes touristiques mettent en valeur leur patrimoine céramique, celui de Bigot aux thermes de Vichy, Gentil & Bourdet à la piscine de Rennes, ou plus près d’ici celui de Muller à la chocolaterie de Noisiel, la liste pourrait être longue. Ce sont les mêmes céramistes dont on voit les œuvres à Aulnay et alentour, elles sont visibles sur l’ancien château Chansonia, demeure prestigieuse reconvertie mais aussi sur des écoles et nombre de villas, à l’architecture très recherchée ou plus modestes, qui restent néanmoins remarquables comme témoin historique et artistique, pour notre plus grand bien collectif.
Soyez les bienvenus, samedi 5 avril 2014, à 15 heures, au Conservatoire d’Aulnay-sous-Bois, 12 rue de Sevran.

Cette conférence est organisée par le CAHRA ; nous remercions la Ville d’Aulnay et le Conservatoire pour la publicité et le prêt de la salle.

© Ceramique-architecturale.fr – FM
Mars 2014
Voir aussi quelques images d’Aulnay sur ce site ici ou .

Les commentaires sont fermés